Vous êtes ici : Accueil » Oeuvres Collaboratives » Le film en cours(t)

Le film en cours(t)

Douce des roseaux avec Jean-Louis Vicendeau /

Le projet du film éternel, se compose pour le moment de deux récipients : Les repérages, amoncellement de ballades photographiées ouvrant aux récits et à la recherche documentaire, le film, enchaînement de scènes se construisant fortuitement et dont le fil narratif est mouvant et infini.
.

JPEG - 405.8 ko


.

Nous nous retrouvons avec Jean Louis Vincendeau, dans des lieux étonnants, no man’s land du territoire ligérien. Ils pourraient être des lieux potentiels de tournage. La ressource photographique que cela génère nous semble un point de départ, pour une recherche documentaire associée et pour imaginer, par la suite, un film, une édition... Le dépaysement par et sur le territoire, dispositif permettant de dépayser la pensée, expériences et recherche d’un « point de vue » favorisant la naissance d’une fiction. Le territoire entre le silo de béton Cargill et le canal de la Martinière devient une zone expérimentale de peuplements fictifs ; sur fond des roseaux du Brivet apparaissent les figures de Douce, sa mère, son grand père, un ours énigmatique…"La Douce", une nouvelle de l’écrivain russe Fiodor Dostoïevski, publiée en novembre 1876 dans son Journal d’un écrivain.
.
Construire au fur et à mesure des outils à peine visibles pour l’aventure, avec le souci constant de ne pas « déflorer », d’accompagner l’étonnement par des gestes minimes et délicats. Des lieux, des personnages et des références se présentent en ordre dispersé, ce qui les réunit c’est la sympathie d’une même vision orphique de beauté transparaissant dans la synchronicité d’un instant « magique ». Le résultat de ses rêveries à plusieurs se concrétise en des pochades oniriques faites de légers décalages, d’associations d’idées glissantes, parfois surprenantes et qui s’emboîtent discrètement…pour constituer en somme les « leçons de choses » de rassembleurs.
.

Ce film en cours(t) Douce* des roseaux, est infini (Ad Vitam Æternam), pour toujours il se construit avec des acteurs amateurs, des plasticiens et des musiciens dans des décors naturels. Il est écrit à deux et à plusieurs, au fur et à mesure des ballades et des rencontres, son point de départ, la bouquinerie des idées larges, espace de ressources inépuisables.
.

Elles sont l’occasion d’assembler et de montrer une étape du film. La projection du film, en salle de cinéma, en lieu d’exposition peux donner lieu à des concerts (ciné-concert), des performances…

.

Ollivier Moreels et Jean-Louis Vincendeau

Rechercher

Les plus lus

1.  Les nichoirs

2.  Full Duplex

3.  Journal de bord de route

4.  La ligne de voix

5.  Horizons


5 articles au hasard

1.  Transmission

2.  Le film en cours(t) / Les idées larges

3.  Coaching

4.  Repérages #5

5.  Repérages #8


Les plus populaires

1.  Les nichoirs

2.  Full Duplex

3.  Journal de bord de route

4.  La ligne de voix

5.  Horizons